comment faire plaque émaillée

Comment faire une plaque émaillée

Faire une plaque émaillée lorsque que l’on est un particulier peut être quelques choses de compliquée, surtout lorsque c’est la première fois. De plus, cela nécessite du matériel professionnel et un four avec une température de 820° degrés.

C’est pour cela que chez Plaque-Déco nous allons vous montrer comment faire une plaque émaillée dans les règles de l’art, mais également une technique étape par étape pour créer votre plaque avec un effet émaillée

La fabrication d’une plaque émaillée dans les règles de l’art

La plaque en émail à plusieurs avantages, elle est résistante au soleil et aux intempéries, ne nécessite pas d’entretien avec une durée de vie extrêmement longue. C’est pour cela qu’elles étaient le support privilégié des marques pour les publicitaires extérieurs.

Préparation de la plaque en acier

Pour commencer : découpée aux dimensions voulues une plaque en acier, puis mettez-la en forme (façonnage, perçage…)
Une fois fait, décapez votre plaque en acier pour enlever toute trace d’impuretés et d’aspérités. Attention si la surface n’est pas parfaitement lisse l’émail pourrait ne pas tenir.
Pour une plus grande longévité, vous pouvez appliquer au pistolet une couche d’émail de base. Elle permet une meilleure protection de l’acier et une meilleure fixation des prochaines couches d’émail. Laissez-la refroidir puis effectuez un ponçage de votre plaque en métal.
Cette étape supplémentaire favorisera l’accroche et la durabilité de l’émail présent sur votre plaque en acier.  

Comment fonctionne l’émaillage d’une plaque en métal ?

Avant d’avancer dans le processus de création, il est important de comprendre deux choses :

Qu’est-ce qu’un pochoir ?

Un pochoir est une plaque à motif découpé sur laquelle on passe de l’émail pour répéter des dessins ou des inscriptions sur la plaque émaillée.

Qu’est-ce que l’émaillage ?

L’émaillage consiste à appliquer de l’email d’une couleur voulu, puis de la mettre au four à 820° degrés. Cette opération est répétée autant de fois qu’il y’a de couleur sur la plaque émaillée.

Appliquer une couche d’émail pour faire le fond de votre plaque

C’est le moment de choisir la couleur que vous souhaitez donner au fond de votre plaque émaillée. Appliquez votre émail* sur l’ensemble de votre plaque en acier puis mettez là au four à 820° degrés puis laissez-la refroidir.
L’émail* est un mélange de produits vitreux et d’oxydes de métal se présentant sous forme de poudres. Chaque émail correspond à une couleur. Ces mélanges sont particuliers et corresponde à un vrai savoir-faire. Chaque émaillerie à sa recette interne qui est généralement secrète.

Donnez de la couleur à votre plaque émaillée

La plaque en acier est saupoudrée de la première poudre d’émail, on pose sur la surface le pochoir correspondant au motif voulu. L’ajourage du pochoir est ensuite brossé pour dégager les parties à ne pas émailler. L’artisan émailleur élimine délicatement en grattant à la main les imperfections. La plaque en acier est ensuite mise au four à environ 820°C.
Cette opération est répétée pour chaque couleur composant la plaque. Si vous avez 5 couleurs différentes alors l’opération sera réalisée 5 fois.
Attention, veillez à bien laisser refroidir la plaque émaillée entre chaque opération.

Une fois ces opérations terminées, votre plaque émaillée est prête à être accrochée !  

Fabrication d’une plaque émaillée « effet »

Cette technique concerne l’impression sur des surfaces autres que le papier. Il peut s’agir de contreplaqué, de métal, de bois ou d’une surface peinte. Les résultats ne sont pas aussi nets que sur du papier, mais ils sont parfaits si vous voulez quelque chose qui ait l’air d’avoir un peu vieilli.

Le processus est assez simple, mais demande un peu de pratique pour s’y habituer, alors ne soyez pas trop déçu si votre premier essai n’est pas aussi bon que vous l’espériez. Après 2 ou 3 tentatives, vous devrez assez bien maîtriser le procédé.

Cette technique est idéale pour reproduire des plaques émaillées vintage en fer-blanc ou pour imprimer des dessins sur d’autres surfaces en bois que vous souhaitez vieillir.

Vous pouvez également retrouvez l’ensemble de nos plaques décoratives sur notre site, en ce moment la livraison est gratuite.

Étape 1 : Ce dont vous aurez besoin pour réaliser votre plaque émaillée

Pour réaliser votre plaque émaillée, vous n’avez pas besoin de beaucoup de matériel, vous avez peut-être déjà l’essentiel

  • Une surface, le contreplaqué est un bon point de départ.
  • Un ordinateur avec une image que vous souhaitez imprimer
  • Une imprimante laser. Je n’ai pas essayé avec d’autres types d’imprimantes, mais je suis sûr que cela fonctionnera toujours.
  • De la colle PVA résistante à l’eau
  • Vos doigts
  • De l’eau
  • De la laque transparente en bombe
  • 24 heures
  • Pour une enseigne en fer-blanc, vous aurez également besoin
    • Un solvant pour nettoyer l’huile ou la graisse
    • Du papier de verre sec et humide
    • De la peinture blanche en bombe de bonne qualité

Étape 2 : Imprimez votre image sur du papier

Non, nous n’allons pas faire passer du contreplaqué dans la nouvelle imprimante laser de votre père, désolé de vous décevoir. La première chose à faire est de sélectionner un objet que vous souhaitez transformer en panneau ou en œuvre d’art. Google Images est un bon endroit pour regarder, trouvez une image qui est assez grande avec une bonne résolution, si elle ne s’imprime pas bien sur du papier, la mettre sur une plaque en métal ne va pas l’améliorer sa netteté.
Vous pouvez également trouver des images sur Pixabay, Unplash, ce sont des banques d’images gratuites.

Une fois que vous avez votre image, vous devez la mettre en miroir et si les couleurs sont un peu délavées, ajustez-les également. Lors du transfert de l’image sur du bois, les couleurs vont se délaver et s’assombrir un peu, alors essayez de donner à l’image un aspect frais. Ce n’est pas un problème lorsque vous transférez l’image sur une surface peinte ou une tôle.

La plupart des ordinateurs sont équipés d’un programme de visualisation d’images qui vous permet de retourner et d’ajuster les couleurs, j’utilise aperçu sur mac qui est installé par défaut sur la marque à la pomme.

Si vous n’avez rien de tel, il existe un programme de retouche photo gratuit appelé Gimp que vous pouvez télécharger et qui possède plus de fonctions que vous n’en aurez jamais besoin. https://www.gimp.org/  Vous pouvez utiliser Photoshop qui est très pratique et efficace, malheureusement ce logiciel est payant.

Imprimez ensuite votre image à la taille souhaitée.

Étape 3 : Plaque vintage, ça peut devenir compliqué

C’est à cette étape et à la suivante qu’il faut un peu de pratique. Si vous transférez votre image sur une surface poreuse comme du contreplaqué ou du bois, vous devez mettre la colle sur le côté image du papier. Il doit y avoir une couche uniforme sans aucune zone manquante, et une quantité de colle supérieure à celle dont vous pensez avoir besoin pour le coller, mais pas trop pour que la colle liquide reste emprisonnée sous le papier. Il vous faudra peut-être plusieurs essais pour vous familiariser avec cette étape et la réussir.

Ensuite, posez le papier sur le contreplaqué et frottez-le pour que la colle soit bien collée au contreplaqué. Il peut être utile d’utiliser un rouleau ou un rouleau de ruban adhésif comme rouleau, si vous avez trop de colle, vous pouvez la faire rouler et la faire sortir par le côté de l’impression. La principale chose à retenir est que chaque partie du papier doit être soigneusement collée.

Une fois que c’est fait, la meilleure chose à faire est d’attendre 24 heures pour que la colle sèche complètement.

Étape 4 : plaque en étain

Le processus de fabrication d’une plaque en étain ou de transfert sur du métal est très similaire, mais il y a quelques petites différences. Il est évident que vous devez découper et percer votre panneau à la bonne taille et enlevez les angles pointus, mais vous devez aussi le poncer légèrement avec un grain 600 humide et sec et le nettoyer avant de le peindre avec une peinture blanche en spray de bonne qualité.

Après avoir attendu que la peinture sèche, ce qui prendra probablement 24 heures, vous devez poncer à nouveau votre panneau avec 600 grains, puis le nettoyer soigneusement pour que la colle puisse y adhérer.

Cette partie est différente, car il s’agit d’une surface non poreuse, vous n’avez pas besoin d’autant de colle et cette fois-ci, enduisez le panneau de colle plutôt que le papier.

Vous collez ensuite le papier et le reste du processus est le même pour les deux matériaux.

Étape 5 : Retrait du papier

Après avoir attendu que la colle sèche, on retire le papier en mouillant les doigts et en frottant le papier. Cela demande un peu de pratique, car si vous frottez trop fort, vous enlèverez aussi l’image, ou si vous mouillez trop, l’image peut aussi être endommagée.

Ce n’est pas trop difficile et l’image n’a pas besoin d’être parfaite, car elle aura de toute façon un aspect vieilli. Essayez d’enlever la plus grande partie du papier, une fois que l’image semble bien mouillée, voilà à quoi elle ressemblera une fois terminée. Laissez le panneau sécher au soleil, l’image deviendra floue, c’est normal.

Si vous pensez que vous pouvez enlever plus de papier, mouillez à nouveau et essayez à nouveau, mais un peu de brume sur l’image disparaîtra à l’étape suivante.

Étape 6 : Laque transparente, de la magie

Une fois que votre panneau est complètement sec, il aura l’air flou. Mais la couche de laque transparente va réparer cela comme par magie, c’est incroyable comme cela fonctionne bien, il suffit de vaporiser une couche assez épaisse de laque transparente et c’est terminé. Vous pouvez maintenant le coller sur votre mur ou le mettre dans un cadre.

Vous pouvez également utiliser ce procédé pour mettre des logos ou des images sur des projets et donner à une vieille boîte ennuyeuse un peu plus d’attrait.

Si vous voulez que les panneaux d’étain soient vraiment lisses et brillants, après que la couche de vernis ait séché, poncez-les à l’eau avec un grain 600, nettoyez-les et séchez-les, puis appliquez deux autres couches de vernis.

Juste une remarque sur le gel d’artiste. J’ai essayé de l’utiliser sur un panneau et je l’ai trouvé plus difficile à utiliser que la colle, car il sèche très rapidement et de grandes parties de l’image se sont détachées.  En comparant les couleurs et la qualité de l’image, il n’y avait pas de réelles différences entre le gel et la colle.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page